Ce dimanche nous devions participer au 10km de Combs la Ville mais nous avons appris en début de semaine que la course était annulée. Dommage pour le challenge. Du coup nous nous sommes rabattus sur le trail de la Rochet’verte comme beaucoup de gens. Pas bien grave, la course est organisée par nos amis de l’ASRD. Nous avions été courir lors de la 1ère édition l’an dernier. L’organisation était vraiment top.

Cette année il y a un 7.5km et un 15km. J’opte pour le 7.5km, non pas que la grande distance me fasse peur car j’aime bien les 15 km mais plutôt parce qu’il s’agit d’un trail et non d’une course sur route. Du coup, je préfère ne pas prendre de risque. Solenn décide de faire le 15km pour « me laisser une chance d’être première » ! Pour ça…on verra !!! :-p

Le départ du 15km est à 9h20 et le 7.5km est à 9h40. Nous arrivons sur place vers 8h, cette année le parking est surveillé donc aucun risque de se faire voler les papiers et affaires dans la voiture ! Bravo l’ASRD pour cette mise en place !

Après récupération des dossards, nous partons pour l’échauffement autour de la piste. Le départ de la première course est légèrement retardé car de nombreux coureurs ont décidé de venir à la Rochette suite à l’annulation de la course de Combs la Ville.

C’est avec une dizaine de minutes de retard que la première course s’élance. Les coureurs effectuent un tour de piste avant de partir dans les bois. Solenn passe en 2ème position. On verra ce que cela donne au bout des 15km. Il y a aussi Fabien et Laurent sur cette distance.

Je comptais reprendre un peu l’échauffement en pensant que notre course serait aussi un peu retardée mais non… du coup cela fait déjà un bon moment que je me suis arrêtée. Heureusement il fait plutôt chaud.

Je ne suis pas seule sur le 7.5km puisqu’Alain a aussi choisi cette distance. Mais il risque d’être loin devant car il aime les trails alors que moi… :-p

Lorsque le départ est donné, une fille part très vite. Elle a plutôt une bonne foulée, ne la connaissant pas et n’étant pas une pro des trails je préfère la laisser partir. On verra si j’ai l’occasion de revenir sur elle ou si elle tient le rythme.

Comme pour le 15km, nous faisons un tour de piste avant de partir dans les bois. On fait un bout de chemin avec Christophe. Le premier kilomètre est plutôt simple, relativement plat et rapide. Je me rapproche déjà de la 1ère féminine. Elle semble finalement être partie trop vite. En la doublant, j’entends qu’elle respire assez fort, elle ne devrait donc pas m’accrocher.

Ça se corse un peu plus ensuite. Avant le km2, nous avons une grosse descente, « la piste noire » dixit Thierry… ! Ah bah je m’en souviendrais ! Habituellement j’aime plutôt les descentes, c’est mon truc ! Mais celle-là… ! Lorsque je l’entame je sens que c’est raide, très raide, troooop raide… !!! Et je vais vite, de plus en plus vite sans pouvoir m’arrêter !!!! Petit virage en bas et …vlan !!! Un virage ??? Où ça ??? Moi j’ai préféré continuer tout droit dans le décor ! Aïe bobo !! Je sens les branches m’arracher la cuisse gauche et le genou droit a mal sans que je sache vraiment ce qu’il a. Le coureur derrière moi me demande si ça va, je me relève bien vite car la 2eme femme est déjà revenue et répond aussi brièvement « oui ». Et je repars bien vite pour essayer de regagner le temps perdu, un peu en colère de cette chute.

Je prie pour qu’il n’y ai plus de descente de ce genre…. ! Peu après, nous rattrapons les derniers coureurs du 15km. Le problème c’est que nous sommes dans un single…donc impossible de doubler ! Là ça devient frustrant ! Des coureurs de ma course s’impatiente du coup les autres se mettent un peu sur le côté pour nous laisser passer mais pas évident !

Et cela a permis à la 2eme de revenir de nouveau sur moi ! Gggggrrr !!!

Un peu après on revient sur du plat et une allée plus large qui me permet de bien relancer. Alain me fait remarquer que je vais vite ! Binh oui ! S’il y a encore des singles, des montées, des descentes casse-g*****, je préfère profiter des quelques passages roulants pour y aller à fond les ballons !!

Petit à petit on creuse un bel écart. Et on se retrouve à trois. Du coup plus d’inquiétude pour la première place ! Soso va être contente, elle qui s’est alignée sur le 15km pour me laisser ma chance ! ;-) Par contre, je l’imagine en lutte avec les descentes car je sais qu’elle n’aime pas ça et me demande si elle est tombée aussi au même endroit que moi…

Pour le reste du parcours, j’aurais du mal à décrire car un chemin dans une forêt bah…ça reste un chemin dans une forêt ! D’autant plus que j’ai beaucoup regardé mes pieds ainsi que le balisage car je me suis souvent retrouvée devant (merci Alain pour ta galanterie :-p )

Nous avons eu pas mal de singles dont un avec de nombreux troncs à sauter. Les premiers j’ai joué la biche en passant par-dessus avec grâce… au bout d’un moment j’ai fini par mettre le pied dessus, à la limite de marcher. Les troncs à sauter ca va bien un moment mais à force je ne trouve plus ça vraiment drôle hein !

A un moment donné, un coureur nous talonne. Comme il reste derrière un bon moment, Alain lui demande s’il veut passer. Du coup on se décale et lorsqu’il nous double, Alain lui demande s’il est M2..OUI ! Flûte, cela lui fait perdre une place ! Du coup, je lui dis d’y aller car nous avons fait une bonne partie du chemin et je suis 1ère sans problème donc je peux finir seule. Mais toujours aussi galant, il préfère finir avec moi (heureusement, cela ne l’a pas fait passer à côté du podium !).

Sur une partie j’ai eu l’impression qu’on descendait beaucoup, en douceur mais longtemps. Du coup je me suis dit « Mon Dieu la côte qu’on va se taper sur la fin ! ». Alors oui on a eu une jolie côte bien raide qui m’a un peu cassé les jambes, enfin… les cuisses. Mais ce n’est pas ça le pire ! Non le pire c’était Alain derrière lorsqu’il m’a sorti « si je te vois marcher gare à toi !! » Le stress !!!! Je lui ai répondu qu’habituellement je ne marchais pas (c’est vrai même lorsqu’il y a de très grosses difficultés, je mets un point d’honneur à ne jamais marcher. Même si au final j’irais aussi vite (plus ?) en marchant !). Là du coup je me suis dit qu’il allait me gronder alors j’ai fait tout mon possible pour courir jusqu’en haut. Le plus dur a été les quelques dizaines de mètres suivantes pour récupérer…

Moins de 2 km avant la fin nous croisons papa et maman. Il y a ensuite un single qui me tue un peu. Même si on ne s’ennuie pas car il y a beaucoup de relances tout au long du parcours, je trouve le temps long. J’ai l’impression d’avoir parcouru 10km mais nous n’en avons même pas fait 6 !

Nous passons sur deux ponts. Enfin…des planches de bois placées au-dessus d’un trou… ! Le 2ème est d’ailleurs mobile !

Au bout de ce single nous atteignons la piste ! Cela fait du bien de quitter les chemins tortueux de la forêt. Pour moi en tout cas. Vraiment pas l’habitude !

Je déroule un peu sur la piste mais sans me donner à fond car je n’ai pas grand-chose à gagner, ma place est assurée et le chrono n’a aucune importance.

Je termine contente de ma victoire. Après quelques minutes de récupération, je repars à l’envers chercher Soso. Je l’attends sur la ligne droite où se trouvent papa et maman. La 1ère passe puis la 2ème. Et enfin Soso arrive. Elle est fatiguée. Je veux bien la croire ! Déjà que les 7km m’ont tué (même si j’ai très vite récupéré) alors je n’ose pas imaginer ce que le 15km peut donner. Elle est suivit de près par Laetitia. Ce serait bien qu’elle conserver sa 3ème place mais Laetitia revient très vite et dans le single elle est sur ses talons (je me suis placée derrière pour ne pas gêner leur course en attendant d’atteindre la piste). Solenn mène la course. Dès que nous atteignons la piste et que le passage s’élargit je passe sur la côte pour revenir au niveau de Solenn puis l’encourage afin qu’elle tienne le rythme. Elle tient très bien et parvient même à suivre le rythme que je donne (bah oui j’ai juste 7km dans les jambes alors pour une fois j’arrive à aller plus vite qu’elle !).

Je lui fais savoir que Laetitia n’accroche pas et qu’elle peut finir le tour de piste sans inquiétude.

Je termine la course (6.9km à ma montre) en 37’32, je suis 24/130 et 1/20 seniors, et 1ère féminine.

Après les récompenses, nous restons manger car nous avons le repas d’offert avec l’inscription. Course vraiment sympa, finalement je ne suis pas mécontente de ne pas avoir pu faire Combs. C’est une belle organisation avec un parcours très sympa même si je ne suis toujours pas fan des trails. Mais de temps en temps cela change de la route. Je gagne un joli bouquet et un bon d’achat pour Go Sport. Bravo l’ASRD !

Maintenant la prochaine course ce sera en Bretagne avec les foulées du large à Quiberon !

La Rochet'verte, trail de la Rochette, le 24/06/2017
La Rochet'verte, trail de la Rochette, le 24/06/2017
La Rochet'verte, trail de la Rochette, le 24/06/2017
La Rochet'verte, trail de la Rochette, le 24/06/2017
La Rochet'verte, trail de la Rochette, le 24/06/2017
La Rochet'verte, trail de la Rochette, le 24/06/2017
La Rochet'verte, trail de la Rochette, le 24/06/2017
La Rochet'verte, trail de la Rochette, le 24/06/2017
La Rochet'verte, trail de la Rochette, le 24/06/2017
La Rochet'verte, trail de la Rochette, le 24/06/2017
La Rochet'verte, trail de la Rochette, le 24/06/2017
La Rochet'verte, trail de la Rochette, le 24/06/2017
La Rochet'verte, trail de la Rochette, le 24/06/2017
La Rochet'verte, trail de la Rochette, le 24/06/2017
La Rochet'verte, trail de la Rochette, le 24/06/2017
La Rochet'verte, trail de la Rochette, le 24/06/2017
Retour à l'accueil