Réveil matinal pour ce dimanche de vacances ! Nous sommes à Carnac depuis un peu plus d’une semaine et nous avons décidé, un peu au dernier moment, d’aller courir la course de la côte de jade à Pornic car Jean Gérard y sera. Nous l’avions fait en 2012. Le réveil est donc mis à 5h30 car le départ de la course est à 9h30 et nous avons presque deux heures de route ! Cette année le parcours a changé. Auparavant nous avions trois boucles identiques à parcourir avec pas mal de montées et de la descente. Cette année nous aurons un kilomètre à parcourir parmi la rue commerçante avant de revenir sur une partie du circuit habituel mais à faire à l’envers. Nous avons encore trois boucles mais la première n’est pas la même que les deux suivantes.

Lorsque nous arrivons à Pornic vers 8h15 il pleut un peu mais il fait doux (15 degrés) et même lourd. Pour la première fois depuis bien longtemps nous nous inscrivons sur place. Nous croisons Monique Gautier du club de l’USO Chelles ! Un peu avant 9h c’est parti pour l’échauffement. Nous retrouvons Jean-Gérard qui s’échauffe aussi. Il va y avoir du monde, plus de 800 coureurs au départ.

Je n’ai pas d’objectif car le parcours est relativement difficile, on ne sait pas s’il mesure 10,2km, 10,3km ou 10,5km car selon le site de la course ou le magazine Jogging International les distances diffèrent. Il y a un meneur d’allure en 4’30, ça serait déjà bien que j’arrive à le suivre car mes dernières courses n’ont pas été très réussies. Nous partons en légère descente avant de prendre à gauche pour passer sur un pont afin de rejoindre la rue commerçante. Nous effectuons le premier kilomètre de ce côté-ci. Je passe en 4’30. Pas top pour un premier kilomètre mais ce n’est que le début. Nous repassons ensuite sur le pont et tournons à droite pour revenir sur la ligne de départ. Cette fois ça monte pas mal. A un rond point nous prenons à gauche puis plus loin à droite. Ça monte toujours. Nous longeons ensuite le bord de mer. C’est une succession de descentes et de grosses bosses. Quand on faisait cette boucle dans l’autre sens les années précédentes j’avais l’impression que ça montait sans cesse mais je me rends compte que ça descendait aussi car aujourd’hui on doit tout remonter ! Nous passons sur la ligne de départ. Jean-Gérard est juste derrière moi. Ensuite, au lieu de prendre à gauche pour traverser le pont comme au départ, nous tournons à droite pour faire face à la plus grosse difficulté du parcours : une côte, que dis-je ! Un mur ! Treeeees raide de 200m environ ! Elle est nouvelle de cette année !! Comme il y a beaucoup de coureurs, je n’arrive pas à voir le bout. Jean-Gérard me lâche un peu. En haut je parviens à relancer assez rapidement mais heureusement que la côte n’était pas plus longue car je commençais à ne pas être bien.

A côté de moi il y a un V4 de 71 ans qui a une pêche… !!! Il parle, accélère,… ! Nous reprenons la partie qui longe le bord de mer. Il fait vraiment très lourd malgré le temps gris. Le premier coureur me double. Il lui reste un peu plus de 1km à parcourir et moi je passe seulement au km 6. Il a une énorme avance sur les suivants. Je repasse de nouveau sur la ligne de départ et c’est parti pour la troisième et dernière boucle. Mais je suis surprise de voir que nous reprenons une deuxième fois cette horrible côte ! Sur le plan je n’avais pas vu ça comme ça !Les jambes commencent à être lourdes. Je monte tout doucement en faisant de petites foulées. Jean-Gérard, qui était toujours derrière moi jusque là, me double. Je me dis que je le raccrocherai dans les descentes car c’est un peu mon point fort, mais il me distance rapidement et je suis finalement incapable de revenir sur lui (il finit avec presqu’une minute d’avance sur moi !). Le V4 est toujours là ! Lorsque nous arrivons en bord de mer il m’encourage avec un autre coureur à rattraper une fille devant moi (comme nous rattrapons, en même temps, les coureurs qui ont un tour de retard, je ne sais pas qui est devant moi et qui est derrière). Il reste un peu plus d’un kilomètre à faire et jusqu’à présent, à part la côte raide, je me suis sentie plutôt bien et j’ai pu constater que la plupart de mes kilomètres étaient aux alentours de 4’30. Je me mets donc dans la foulée du coureur qui m’a encouragé et c’est alors que j’aperçois papa. Je l’encourage mais il a l’air d’avoir un peu de mal. Puis enfin je double la fille. Je passe une dernière fois sur la ligne de départ. Ma montre m’annonce le 10eme kilomètre. Je suis en moins de 45’50. Je suis plutôt satisfaite car c’est quasiment le chrono que j’ai fait il y a deux semaines à Meaux sur un parcours très roulant. Encore quelques mètres et je passe la ligne d’arrivée.

J’ai 10,340 km à ma montre mais selon les autres montres il y a plus de 10,4km. Je termine en 47’11, je suis 233/801 et 8/68 seniors.

course de la côte de jade, Pornic
course de la côte de jade, Pornic
course de la côte de jade, Pornic
course de la côte de jade, Pornic
course de la côte de jade, Pornic
course de la côte de jade, Pornic
course de la côte de jade, Pornic
course de la côte de jade, Pornic
course de la côte de jade, Pornic
course de la côte de jade, Pornic
course de la côte de jade, Pornic
course de la côte de jade, Pornic
course de la côte de jade, Pornic
Retour à l'accueil